Monthly Archives: noviembre 2011

The European maritime area is a common capital asset with regard to resources, security and ultimately prosperity of the Member States. European seas are also the scene of unlawful activities. Trafficking in narcotics and human beings thrives on organized crime and illegal immigration. It is anticipated that in the mid and long term the European maritime area will continue facing risks and threats that could endanger human lives, marine resources and the environment, as well as significantly disrupt the transport chain and global and local security.

But whilst the activities and threats that face Member States at sea are transnational in nature, currently each activity sector maintains situational awareness according to its remit and mandate. Different sectoral authorities –border control, customs, fisheries control, maritime safety, marine pollution response, maritime security of ships and ports, prevention and suppression of criminal activities– dealing with monitoring and surveillance of actions at sea gather data and operational information. Yet for the moment, most of this data continues to be collected and used for sector specific purposes and one community does not necessarily benefit from the data collected by another community.

In this context, there is a clear need to share maritime surveillance information. Developing the necessary means to allow for such data and information exchange should enhance the different users’ awareness picture. Such enhanced picture will increase the efficiency of Member States’ authorities and improve cost effectiveness.

But exchanging information is not natural. Technical, legal or financial aspects are invoked as good reasons not to share and the main difficulty is in the willingness of each actor to share data or information where there is no compulsion, incentive or identifiable benefit to themselves.

How to proceed

There are two ways to make the concerned actors moving from “a need to know” culture of exchange to a “need to share and responsibility to provide”: a permanent political will and a bottom up approach by the stakeholders themselves through a combined and basic experimentation.

We have all agreed, in the EU, that at the end of the process, the organization for maritime domain surveillance and awareness will be regional. For mainly two reasons:

First – If maritime surveillance needs to be largely extended, action in the maritime domain is regional or even local. For example, Search and Rescue is usually a local matter, while immigration or narcotic trafficking has to be tackled at least at regional level.

Second – Sea basins have their specificities due to geography, weather conditions, but also cultural history and neighborhood. We work and act differently in the Baltic Sea and in the Mediterranean.

For these reasons the Commission has decided to launch two pilots projects BLUEMASSMED in the Mediterranean sea and MARSUNO in the Baltic and North Sea. They are part of the European Action Plan to implement the Integrated Maritime Policy of the European Union. (See communication “Towards the integration of maritime surveillance in the European Union” 14.10.2009)

BLUEMASSMED

To achieve the Integrated Maritime Policy, the European Union intends to focus on three pillars: Governance, Surveillance and Knowledge. BLUEMASSMED tends to strengthen both internal coordination and external cooperation in the field of Maritime Surveillance between actors of Member States littoral to the Mediterranean and its Atlantic approaches.

VADM Sanfelice di Monteforte has previously presented the different challenges the experimentation has to face. So I will not insist on this, but it is clear that even if Maritime Surveillance is not a bounded issue but a global one, the first step is clearly to organize the Surveillance inside Europe, and if I may say, inside some States where no common picture is available and shared to-day!

Like MARSUNO, in the North, BLUEMASSMED is a political project. They need a permanent support of the political Masters. The aim is to improve a better understanding and trust between the actual actors in Maritime Surveillance. Having decided two projects in two different basins, the experiments will permit to compare the approaches and the solutions and to select the best practices.

The experiment focuses on information sharing. Because it is an ongoing process, actors must be aware of the other initiatives and processes within Europe for coherence. A demonstration phase will be necessary to confirm the feasibility on technical aspect.

The European Union has started to regulate this uncoordinated activity and attempted to create coherence by developing common rules, procedures and laws through different agencies and directorates specifically created for the purpose. A number of sector specific surveillance initiatives have been implemented such as the Vessel Monitoring System (VMS) for fisheries control through national Fisheries Monitoring Centers (FMC) and the European Patrols Network (EPN) for FRONTEX.

 

At EU level, several surveillance initiatives have been made in a more integrated manner, such as SafeSeaNet, a European network for the exchange of information promote safety, to address marine pollution and to organize more effective accident response; the EU Long Range Identification and Tracking Data Centre (EU LRIT DC) managed by the Commission, in cooperation with the MSs through EMSA; the development of the European Border Surveillance System (EUROSUR), the development of a marine environmental service, in the context of GMES/KOPERNIKUS, and a European Marine Observation Data Network (EMODNET) for hydrographic and oceanographic geological, biological and chemical data.

Many other surveillance initiatives have been developed at regional or national level, most of them related to AIS data sharing, like SUCBAS in the Baltic Sea, V-RMTC, run by the Italian Navy, and connecting naval operational centre located in Mediterranean and the Black Sea and SPATIONAV, a cross-sectoral maritime surveillance data sharing, in France.

 

The solution is not to create a big bang approach. BLUEMASSMED aims to:

–      Define the architecture of a future European wide Maritime Surveillance Network that will allow the interoperability between all existing or future Maritime Surveillance Systems,

–      Develop common methodologies and procedures to all the actors and stakeholders

–      Mobilized partners on a practical process in order to establish a shared basic common maritime picture.

Six countries are part of the project: France, Greece, Italy, Malta, Portugal and Spain…and 32 public administrations, including Navies! The project is co-financed by the DG Mare and the partners, with a budget around 10 or 6? million Euros (around 13 million dollars).

The project management and structure encompasses:

–      A Steering Group

–      A project management team

–      National coordinators in every participating countries

–      Four working groups

–      A coordination team working with the Project management team

Approximately 250 persons are involved in this project.

The four groups are:

–      The users group aims to establish a common understanding on data – What kind of data it is acceptable to exchange from a ship position to characteristic of the ship, last port of call, crew list…

–      The legal group focus on acceptable exchanges with regard to national law

–      The technical group tries to translate user requirements into available technical requirements

–      The communication group

When the discussion starts many partners were not keen to exchange even the positions of the ships…but things are improving. When an agreement will be found on the exchange of data between all the users, the next step will be elaborating a common maritime picture by interfacing partners’ maritime surveillance systems. Call for industry has been done and the experiment is scheduled at the end of next year.

The pilot project supports the policy process of the European Commission to create a Common Information Sharing Environment for the EU maritime domain. The other project, MARSUNO, consists of 24 authorities from 10 countries. Lead partner is the Swedish Coast Guard. And, in our report we have recommended to launch a third project in the Atlantic, with an opening issue on collaboration with countries which don’t belong to the European Union as the United States and Canada.

 

Une stratégie de sûreté maritime n’existe pas spontanément. Elle s’inscrit dans une stratégie maritime plus vaste, dont elle est le volet sécuritaire, mais aussi dans le cadre, plus large d’une stratégie de sécurité.

 

La stratégie maritime européenne n’a pas encore été écrite. Pourtant en regroupant en un document unique, les éléments du Livre Bleu d’octobre 2007 et des documents associés sur « une politique maritime intégrée », de la Directive 2008/56/CE du Parlement Européen et du Conseil du 17 juin 2008 sur la stratégie pour le milieu marin, de la Communication sur les « objectifs stratégiques et recommandations concernant la politique du transport maritime de l’UE jusqu’en 2018 » de janvier 2009, nous aurions là, la base d’une véritable stratégie maritime, à laquelle ne manquerait que le volet défense et sécurité.

 

Or, la Stratégie Européenne de Sécurité (SES), rédigée en 2003, ne fait pas mention du domaine maritime. Ce document constitue une base conceptuelle de la Sécurité européenne à travers tout le spectre des activités humaines. Les menaces recensées comme le terrorisme, la prolifération des armes de destruction massive, le crime organisé et les trafics de toutes sortes conduisent à penser qu’un volet maritime est indispensable pour mener à bien cette stratégie et assurer à l’Europe un environnement stable et sécurisé. Le rapport sur la mise en œuvre de la stratégie européenne de sécurité de 2008, comporte un paragraphe sur la piraterie ; c’est la première mention qui est faite du domaine maritime dans ces deux documents.

 

Il convient de noter que ce document a été rédigé bien avant que le Traité de Lisbonne ait été signé. Le Traité rend aujourd’hui possibles des coordinations et des coopérations entre certains états membres, les Agences et des états tiers. Cette possibilité peut faciliter la coordination et la coopération pour des actions communes dans le domaine maritime. Le Traité de Lisbonne ne donne-t-il pas déjà de claires orientations sur les mesures à prendre pour prévenir la menace terroriste sur le territoire des pays membres. L’Union Européenne doit mobiliser toutes les capacités disponibles, y compris les ressources militaires dont ils disposent. L’article 222 du Traité mentionne aussi les catastrophes naturelles ou industrielles, comme des situations justifiant une demande d’assistance. Le Traité prévoit pour les missions que l’UE peut être conduite à mener en dehors de l’Union, conformément aux principes de la Charte des Nations-Unies, une capacité opérationnelle s’appuyant sur des moyens civils et militaires. Tout ceci ouvre un large espace de coopération entre les différentes administrations pour répondre aux exigences d’une « approche globale ».

 

Les difficultés

 

L’une des difficultés rencontrées tient aux caractéristiques particulières du milieu maritime qui nécessitent une approche autre que celle, très générique, adoptée dans la Stratégie de sécurité européenne. La mer, en effet, au-delà des eaux territoriales est l’un des derniers biens communs de l’humanité, avec l’Antarctique et l’espace stratosphérique. Partout ailleurs, sur terre, il y a au moins un état propriétaire ou quelquefois plusieurs qui se disputent le droit d’en disposer ainsi que des populations associées.

Ce n’est pas le cas en mer, où la gouvernance est fixée par la Convention de Montego Bay sur le Droit de la mer qui constitue la seule référence légale. Cela signifie qu’une stratégie maritime de sûreté doit, bien évidement, prendre en compte le Traité de Lisbonne et s’inscrire dans l’esprit de la Stratégie de Sécurité de l’UE, mais doit tenir compte également des spécificités d’une intervention dans ce milieu particulier qu’est le domaine maritime.

 

La seconde difficulté vient du fait que la Stratégie de sûreté maritime européenne, comme la Stratégie Européenne de Sécurité, ne peut pas être une stratégie au sens classique du terme, dans la mesure où elle ne relie pas directement les moyens à des objectifs politiques. Dans l’UE, en effet, la décision d’employer la force militaire ou la police et de la contrôler, une fois la décision prise, relève non de l’UE, mais des états membres.

 

L’UE ne possède pas de structure de commandement qui lui soit propre, excepté celles créées pour les opérations outremer au cas par cas, bien qu’elle dispose de deux organes de conseil militaire avec le Comité Militaire et l’Etat-major de l’UE. Toute action doit être l’objet d’une concertation entre les pays membres, sous peine de perte de crédibilité politique

 

La troisième difficulté tient au terme « en dehors de l’Union », qui est l’espace de la politique étrangère et de sécurité commune auquel appartient la politique de sécurité et de défense commune (art.28A) que l’on oppose « à l’intérieur de l’Union » qui est le domaine de la DG Home.

 

Or, en mer, il y a deux continuités fondamentales:

–       La première concerne l’échelle des risques qui va de la sécurité maritime à la défense en passant par la protection de l’environnement et la lutte contre les trafics illégaux ;

–       La seconde est géographique et court du littoral à la haute mer en traversant les eaux territoriales et la ZEE.

 

Aucune ligne de séparation stricte ne peut être dressée sur chacun de ces axes pour délimiter la zone de responsabilité d’une agence ou d’une autre. Dans la réalité, quand un risque ou une menace se précise, la réponse exige, la plupart du temps, l’intervention conjointe des moyens de plusieurs agences et/ou des marines pour pouvoir être traitée. Vouloir absolument créer des frontières dans cette espace continu, c’est à la fois nuire à l’efficacité opérationnelle et augmenter les coûts de façon déraisonnable.

 

Les implications de la SES en mer

 

Bien que la Stratégie Européenne de Sécurité ait adoptée une approche uniforme et ne fasse guère mention du domaine maritime, elle donne des indications importantes sur les objectifs poursuivis par l’UE qu’il est possible de décliner dans les différents domaines.

Le premier objectif est de contrer les menaces. Les crises qui se développent en général à distance de l’UE, peuvent avoir des effets sur son territoire, ce qui signifie que :

–       La première ligne de défense doit être placée au plus loin, ce qui implique à la fois d’être en mesure d’agir avant l’apparition d’une crise, de façon préventive, et que les frontières à considérer soient parfois sur les côtes même des pays en crise

–       Les nouvelles menaces ne peuvent pas être traitées par les seuls moyens militaires

Cette capacité d’anticipation implique d’une part de disposer de systèmes de surveillance efficaces non seulement dans les zones maritimes d’intérêts européens, mais aussi au-delà, incluant des échanges avec des pays tiers, et, d’autre part, de disposer d’un réseau efficace d’échanges entre les différentes agences.

 

Le second objectif est d’assurer la sécurité dans nos approches. Quand on regarde le théâtre méditerranéen, il apparait évident – et les événements actuels le prouvent – qu’un tel objectif ne peut se limiter à des actions terrestres ou aériennes. Les mers participent aussi de cet environnement stable ne serait-ce que pour permettre aux flux d’échanges, essentiels aux économies de circuler librement.

 

Le troisième objectif de la SES – réaliser un ordre international basé sur un monde multilatéral – implique une forte collaboration avec les pays ou les organisations tiers pour une appréciation de la situation et un contrôle des mers partagés. Cela passe par une connaissance mutuelle, l’établissement de mesures de confiance et une mise en réseau des données.

 

La nécessaire approche globale

 

La politique maritime intégrée de l’UE se préoccupe en priorité de sécurité des transports, d’économie, de recherche scientifique et de protection de l’environnement. Mais les préoccupations de sûreté ne peuvent pas être totalement absentes de ses considérations, ne serait-ce que pour permettre à ces différentes activités de se développer dans des conditions optimales.

 

C’est d’autant plus indispensable que les menaces auxquelles nous sommes aujourd’hui confrontées ne sont pas le fait d’un état, mais de groupuscules qui relèvent de réseaux criminels ou d’organisations terroristes, disposant pour certains de moyens importants. Le monde est particulièrement vulnérable à ce genre d’attaques en raison de l’impact d’un arrêt des flux maritimes sur les économies.

 

D’autre part, la politique maritime a toujours fait partie de la politique étrangère dans la mesure où les navires de commerce et même les pêcheurs exercent leurs activités sur toutes les mers du globe. Ceci implique que le Service d’Action Extérieure de l’UE s’intéresse directement aux problèmes liés à la mer

 

Si l’on veut bien considérer ces deux aspects, l’approche globale est incontournable pour toute Stratégie de sûreté maritime. Ceci signifie que toutes les agences – qu’elles soient responsables de la sécurité de la navigation ou de la lutte contre les trafics, doivent être organisées et préparées pour coordonner leurs efforts avec les moyens de la défense. En retour, les marines doivent aussi être prêtes à apporter leur soutien aux agences quand elles en ont besoin et ce, en plaçant leurs moyens sous une autorité civile.

Conclusion

Il y a aujourd’hui véritablement besoin d’un document de stratégie de sûreté maritime qui permette de fixer le cap et d’orienter l’action et les décisions des différents acteurs en Europe. L’Inde est en train de développer une doctrine de Monroe dans l’Océan Indien ; la Chine, son « collier de perles » pour protéger ses approvisionnements stratégiques et ses débouchés commerciaux, le Chili a produit, il y a quelques années, le concept de « mer de présence ». Les Etats-Unis ont, depuis 2007, un document signé conjointement par la Navy, les Coast Guards et le Corps des Marines sur la stratégie maritime des Etats-Unis. La nouvelle stratégie maritime russe, signée le 17 décembre 2010, par Vladimir Poutine décide de se focaliser sur l’Arctique. Il est grand temps pour l’UE de déterminer sa propre stratégie.

 

_

 

 

Références :

 

28A – La politique de sécurité et de défense commune fait partie intégrante de la politique étrangère et de sécurité commune. Elle assure à l’Union une capacité opérationnelle s’appuyant sur des moyens civils et militaires. L’Union peut y avoir recours dans des missions en dehors de l’Union afin d’assurer le maintien de la paix, la prévention des conflits et le renforcement de la sécurité internationale conformément aux principes de la charte des Nations unies.

 

28B – Les missions visées à l’article 28 A, paragraphe 1, dans lesquelles l’Union peut avoir recours à des moyens civils et militaires, incluent les actions conjointes en matière de désarmement, les missions humanitaires et d’évacuation, les missions de conseil et d’assistance en matière militaire, les missions de prévention des conflits et de maintien de la paix, les missions de forces de combat pour la gestion des crises, y compris les missions de rétablissement de la paix et les opérations de stabilisation à la fin des conflits. Toutes ces missions peuvent contribuer à la lutte contre le terrorisme, y compris par le soutien apporté à des pays tiers pour combattre le terrorisme sur leur territoire.